VESOUL-BENIAN : visiteurs à ce jour

 Villages de colonisation Haut-Saônoise

 Des paysans Franc-comtois, ont préféré trimer en Afrique du Nord plutôt que devenir porte-faix, charretiers ou larbins à Paris ou à Lyon.
Ces hommes, femmes et enfants; un film sans vergogne (TV 1990) les présente comme la lie du peuple de France, épargnant seulement les Alsaciens émigrés de 1871.
Leurs petits-fils ont passé la Méditerranée, sens contraire, entre 1914-1918 en " voyages organisés ": combien n'ont pas revu les terres défrichées par leur ancêtre, modeste laboureur à bras !! Leurs noms mêmes ont disparu des Monuments aux Morts brisés après 1962, comme ceux de leurs propres fils tués entre 1939 et 1945!!!
A cette date: 1962, leurs descendants ont repassé la Méditerranée, nouveaux pionniers en Corse, dans le Gard, en Nouvelle Calédonie, en Médoc ou ailleurs, Canada compris.
Ces noms ne figurent pas au greffe des tribunaux, ni à la sombre rubrique voleurs et autres malfrats des journaux.
A ces soi-disant historiens, histrions plutôt, qui tentent de les salir, se parant de quelque titre du genre Chevalier des Arts et des Lettres ou autres babioles, nos francs-comtois demanderaient de montrer les mains, et, dans leur patois ancestral, les traiteraient de "fenians " : ce mot demeure d'ailleurs dans le sabir algérien d'aujourd'hui: "feniane", ce qui classe un individu ou plutôt le déclasse.
Ce que nous montrons ici pourrait être dit de bien d'autres colons, certes; ce Vesoul se singularise par le fait que sa population, en quasi-totalité, provenait du même département. Cette liste a été établie par Julien Franc, Agrégé de l'Université ; elle diffère sensiblement de celle que nous avons citée, d'après une autre source, dans le volume IX de cette Collection, sous le titre "Les trois Provinces d'Algérie".
Explication: Peut-être parce que, dés la première année, le choléra et autres misères ayant disloqué les familles: mort du père, de la mère, ou d'enfants, 15 familles rentrèrent en métropole; et, après 5 années, pouvant vendre leur "butin" (patois francs-comtois), certains quittèrent Vesoul.
Chacun des chefs de famille admis à concourir au peuplement du village de Vesoul-Bénian, (1) reçut après tirage au sort une maison et un lot de 12 hectares. L'administration s'était montrée pleine de sollicitude, jusqu'à mettre en réserve, pour être distribuée, la récolte de l'année courante, faite par les transportés politiques.
 

(1) Voici la liste de ces colons avec l'indication du lieu d'origine.

Aubriot, de Vauchoux

Bardoz, de Magnoncourt

Bereux, de Magny-lès-Jussey

Billaud, Antoine de Germigney

Bouillon, de la Vaivre

Brasleret, de Meurcourt

Bressand, de Servance

Brie, de Dampvalley-lès-Colombe

Cadet, de Soye (Doubs)

Carrière, de Vélorcey

Chaudey, de Fontenotte-lès-Montbozon

Cheviet, d'Echenoz-la-Meline

Colinot, de Vallerois lès Bois

Courbey, de Rougement

Defferrière, de Vernoy sur Mance

Eustache, François et Jean-Batiste, de Jonvelle

Faivre, d'Esprels

Faivre Pierre, de Noroy-le-Bourg

Gayard, de Ternuay

Gendeloz Pierre et Julie, de Saint Sauveur

Goiset, de Grandcourt

Goublet, de Charmes-St-Valbert

Grand'Haye, de Fleurey-lès-St Loup

 Gratte-pain, de Colombe-les-Vesoul

Gresset, de Vélorcey

Guerre, de Noroy-le-Bourg

Guyot, de Breuvey-lès -Faverney

Henriet, de Noroy-le-Bourg

Ithier, de Meurcourt

Lairon, de Montussaint (Doubs)

Lamy, de Perrigny (Côte d'Or)

Levrey, de Betaucourt

Machet, de Vesoul

Madiot, de Port-sur-Saône

Martin, de Villersexel

Mathias, de Contréglise

Ménétrier, de Bonnay (Doubs)

Michel Joseph, de Noroy-le-Bourg

Morizot, de Cogney

Parisot, de Fleurey-lès-St Loup

Payen, de Villars-le-Pautel

Perrin Claude, de Beulotte-St-Laurent

Perrin Ferdinand, de Beulotte-St Laurent

Perrin Antoine, de Fontenotte-lès-Montbozon

Perrin Juilen, de Giromagny

Petit, de Jonvelle

Petitjean, de Faucogney

Pierson, de Raincourt

Poitry, de Venère

Prudon, de Montbozon

Rebillet, de Charriez-Bougnon

Régent, de Charriez-Bougnon

Régnier, de Grandmagny

Renaud, de Soyers (Hte Marne)

Repessé, de Jonvelle

Richard, de Vernois-sur-Mance

Roussel, de Noroy-le-Bourg

Simon, de Delaise

Simoney, de Surgey

Simonin, de Soye (Doubs)

Thirion, de Contréglise

Vaillon, de Vitrey

Viard, de Bourguignon-lès-Morez

Villotet, de Champagne-sur-Vingeanne(Côte-d'Or)

Vircondelet, de Villiers le Sec

Soit une cinquantaine de familles, moyenne : 5 personnes.
1er village officiel de colonisation, que daigna visiter Napoléon III lors de son voyage en Algérie.

Dés le 1er janvier 1855 le régime militaire avait disparu; la colonie avait été érigée en commune, administrée par un maire, (Mr Goiset) nommé par le gouverneur général.

Le hameau de Bou-Medfa lui avait été annexé pour l'administration.

voir aussi: Vesoul-Benian: "une colonie franc-comtoise en Algérie, au XIXème siècle", par Claude LAMBOLEY.

( Je remercie l'abbé Roger DUVOLLET, et Julien FRANC agrégé de l'université, de ces recherches historiques, qui me permettent aujourd'hui de remettre à l'honneur toutes ces familles, et d'oeuvrer pour qu'elles ne soit pas oubliées).

vers la page d'ACCUEIL de mon site